Echafaudage Industriel : quel échafaudage pour quelle intervention ?

Réalisation d'un échafaudage de 24m de haut par ITB France
par PH Lettré dans Echafaudage

Un échafaudage industriel permet d’intervenir sur les équipements situés en hauteur, et ne disposant pas d’accès stabilisé et sécurisé. Cependant, le type d’échafaudage utilisé va dépendre d’un certain nombre de facteurs qu’il appartient au professionnel d’apprécier pour choisir l’équipement adapté.
En effet, l’utilisation d’un échafaudage pour un intervention en hauteur répond à deux objectifs majeurs : accès et sécurité.
Mais en raison de sa nature temporaire, et en hauteur,  un échafaudage doit répondre à plusieurs critères pour assurer ses missions. En effet cet équipement de travail est un assemblage de plusieurs éléments complémentaires, mais distincts. On y retrouve plateforme, garde-corps, structure de soutien… Les échafaudages industriels sont donc soumis à des règles de conception, d’installation et d’utilisation strictes, pour assurer la sécurité des opérateurs qui utilisent cet équipement.

On compte trois principaux types d’échafaudage :
Echafaudage de pied, ou échafaudage fixe
Echafaudage roulant
Echafaudage en console

Le choix d’un type d’échafaudage industriel va dépendre de la nature des travaux à réaliser, de leur durée et des hauteurs à atteindre.
Il est essentiel, pour choisir l’équipement adéquat, de prendre en compte les contraintes auxquelles l’installation va être soumise. En effet, en fonction de la nature du sol, d’une intervention en intérieur ou en extérieur, de l’équipement industriel sur lequel à lieu l’intervention, l’échafaudage connaitra des contraintes différentes.
Le matériel choisi pour tel ou tel type d’intervention doit donc être en conformité avec les normes de sécurité, de solidité et de stabilité correspondantes à l’intervention.

1- Échafaudage industriel fixe : des travaux importants et de longue durée

échafaudage industriel

échafaudage industriel à haut risque

Egalement appelé échafaudage de pied, cet équipement de travaux est composé d’éléments préfabriqués. Leur assemblage permet de créer une structure d’intervention stable et résistante. Un échafaudage fixe permet d’intervenir sur des équipements de grande envergure, sur une longue durée. Ce type d’installation offre également l’avantage de permettre l’acheminement de matériel, offrant l’accès à des zones de travail situées à de grandes hauteurs.
On distingue deux systèmes d’échafaudage de pied :
– le système à cadres, qui conviennent aux échafaudages de façade
– le système multi-directionnel, adapté à des interventions sur des équipements industriels complexes.

2- Échafaudage roulant : un équipement léger

Les échafaudages roulants constituent une solution pour des interventions sur des équipements d’envergure réduite, et pour des durées courtes.
Ils s’installent de façon plus souple qu’un échafaudage de pied, mais offrent une stabilité inférieure. Un échafaudage roulant est plutôt recommandé pour des interventions de courte durée, sur des équipements industriels simples, et pour des zones plutôt facile d’accès.

3- Échafaudage en console : une intervention sur un niveau

L’échafaudage en console est directement installé sur l’équipement où est effectué l’intervention. Il n’est composé que d’un seul niveau.
Conçu d’éléments préfabriqués, il est utilisé pour constituer une plateforme sécurisée adossée à la zone d’intervention.
En raison de sa liaison directe avec l’élément sur lequel à lieu l’intervention, il doit être installé sur une structure saine, capable de supporter son poids et les contraintes physiques exercées par sa présence.
Il peut également être installé directement à partir de l’équipement industriel auquel il est lié.
Sa nature limite son utilisation à des équipements simples, ou des interventions mineurs.

4- ITB France, reconnu en France dans l’installation d’échafaudages industriels de très grande envergureEchafaudage industriel

ITB France travaille sur toute la France sur la conception et la mise en place d’échafaudages industriels.
Une étude poussée préalable à l’installation d’échafaudages industriels est un élément incontournable pour la mise en ouvre de ceux ci.
qui aura une hauteur finale de plus de 20m est une discipline contraignante en matière de sécurité, mais également de facilité de travail sur ces échafaudages industriels.

 

 

 

5- Rappel de la législation concernant les matériels d’échafaudage :

Tous les professionnels utilisant des matériels d’échafaudage sont concernés par les récentes évolutions réglementaires et normatives.

Le décret du 1 septembre 2004 :

  • Il rend la note de calcul obligatoire en toutes situations “lorsque la note de calcul n’est pas disponible ou que les configurations structurelles envisagées ne sont pas prévues par

la notice technique du fabricant, un calcul de résistance et de stabilité doit être réalisé par une personne compétente“.

Art. R 233-13-32

  • Il impose la formation du personnel : “Les échafaudages ne peuvent être montés, démontés ou sensiblement modifiés que sous la direction d’une personne compétente et par des travailleurs qui ont reçu une formation adéquate et spécifique aux opérations envisagées“.

Art. R233-13-31

  • La mixité des matériels est interdite : “Les assemblages doivent être réalisés de manière sûre, à l’aide d’éléments compatibles d’une même origine et dans les conditions pour lesquelles ils ont été testés“.

Art. R233-13-33

  • Il préconise l’utilisation de garde-corps de sécurité définitif : “Une protection appropriée contre le risque de hauteur et le risque de chute d’objet doit être assurée avant l’accès à tout niveau d’un échafaudage, lors de son montage, de son démontage ou de sa transformation“.

Art. R 233-13-32

Renforcé par : La recommandation CNAM R408 du 10 juin 2004

  • “Il y aura lieu, en priorité, d’utiliser des matériels préfabriqués, dont les garde-corps sont mis en place à partir du niveau inférieur déjà exécuté et protégé, avant la mise en place du plancher

supérieur“.

Art. 5.3

Cette recommandation R408 redéfinie et élargie : les éléments du décret pour les phases de montage, utilisation et démontage des échafaudages de pied.

A noter également :

Arrêté du 21 décembre 2004 :

Il porte sur les responsabilités du chef d’établissement, utilisateur de l’échafaudage, en termes de vérifications et contrôles.

Art 3 à 7

Circulaire du 13 juillet 2006 sur les échafaudages “en éventail” :

Elle porte sur l’incompatibilité des protections en éventail en bois au vu des principales règles de sécurité relatives aux échafaudages.

 

Étiquettes : , , , ,

Sur le même sujet